Quel montant minimum pour le capital social d’une sarl ?

La SARL (société à responsabilité limitée) est une structure juridique régie par le Code de commerce qui est particulièrement attractive pour les personnes souhaitant créer une entreprise. Le choix du statut est bien souvent préféré au statut d auto entrepreneur pour sa facilité de gestion et la personnalité morale qui est conférée à l’entreprise.
Le capital social d’une sarl permet aux associés de prendre part à une entreprise commune qu’ils soutiennent, mais leur permet également de disposer de bénéfices tels que la distribution des dividendes ou un droit de vote dans le cadre des assemblées générales.

Il n’y a pas de capital social minimum à investir pour créer une sarl

Un seul euro suffit pour créer une sarl. Créer son entreprise à responsabilité limitée est donc une démarche particulièrement simple qui ne nécessite pas pour l’apporteur en capital de réunir une grande quantité de capitaux propres.

La SARL se démarque ainsi de la société anonyme (SA) pour laquelle un capital minimum de 37000€ est imposé par les dispositions légales.

Une grande réflexion est nécessaire avant de déterminer le capital social de sa sarl

Bien qu’aucun minimum légal ne soit imposé en Droit des affaires, la création d’une sarl obéit tout de même à un certain formalisme et nécessite une sérieuse étude de marché. En effet, créer une personne morale en lui conférant un capital social trop faible peut engendrer de grandes difficultés dans la gestion d entreprise et risque d’engager la responsabilité du gérant pour faute de gestion en cas de liquidation.

Le capital de départ de l’entreprise doit donc obéir à certaines conditions : le capital social de la sarl doit en effet permettre de procurer une garantie aux créanciers de la société et permettre de faire face aux premières dépenses et de payer les premiers salaires.

A quoi sert le capital social de la sarl aux associés ?

Les associés qui envisagent de participer à la création d’une sarl ne doivent cependant pas s’inquiéter. Le capital social qu’ils investissent présente des avantages et inconvénients. Ce dernier est inscrit au registre du commerce et est donc protégé par cette forme de publicité.
Chaque part souscrite possède une valeur nominale, qui permettra à l’associé qui souhaite quitter la sarl de réaliser une cession de parts sociales. L’associé peut donc partir librement à tout moment sans modifier le capital social de la sarl.

En Droit des sociétés, la participation au capital social de la sarl permet également de participer à l’Assemblée générale, puisqu’une sarl n’est pas définition pas une société disposant d’un associé unique. Une disposition statutaire peut par ailleurs prévoir l’intervention d’un commissaire aux comptes afin de vérifier l’influence de l’associé majoritaire de la sarl sur la stratégie de l’entreprise.
En cas d’augmentation de capital, l’associé qui a investi son argent dans le capital social de la sarl dispose d’un droit de vote à l’Assemblée générale extraordinaire, laquelle peut prendre une ou plusieurs résolutions dans le cadre d’un procès verbal d’assemblée.